Le Molnupiravir, la pilule de Merck contre la COVID-19

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Temps de lecture : 3 minutes
Le Molnupiravir, la pilule antivirale de Merck, en attente de la validation de la FDA

Le fabricant de médicaments Merck a demandé lundi aux régulateurs américains d’autoriser le Molnupiravir, sa pilule contre la COVID-19. Si elle est approuvée par la Food and Drug Administration (FDA) – une décision qui pourrait intervenir dans quelques semaines – ce serait la première pilule facile à utiliser qui viendrait s’ajouter à l’arsenal contre la pandémie.

Merck et son partenaire Ridgeback Biotherapeutic ont déclaré qu’ils avaient spécifiquement demandé à l’agence d’accorder une utilisation d’urgence pour les adultes atteints de COVID-19 léger à modéré, qui sont à risque de maladie grave ou d’hospitalisation. C’est à peu près la façon dont les médicaments pour perfusion de COVID-19 ont été utilisés. Tous les autres traitements soutenus par la FDA contre la maladie nécessitent une iv ou une injection.

« Je pense que c’est un outil très puissant à ajouter à la boîte à outils », a déclaré le Dr Nicholas Kartsonis, vice-président principal de l’unité des maladies infectieuses de Merck. « L’intérêt ici, c’est que c’est une pilule qui permet d’éviter les centres de vaccination et tous les facteurs qui l’entourent ».

Une pilule antivirale que les gens pourraient prendre à la maison pour réduire leurs symptômes et accélérer le rétablissement pourrait s’avérer révolutionnaire. Cela renforcerait la gestion de la pandémie avec approche à deux volets : notamment le traitement, au moyen de médicaments, et la prévention, principalement par la vaccination. Ce qui pourrait aider à freiner considérablement les épidémies dans les pays les plus pauvres qui ont des systèmes de santé faibles. Les Américains, pour leur part, voient surtout l’allègement de la charge de travail jugée écrasante dans leurs hôpitaux.

A LIRE AUSSI  Nou Repiblik: Belcourt pose publiquement sa différence face à Philogène

La FDA examinera les données de l’entreprise sur l’innocuité et l’efficacité du Molnupiravir, avant de rendre une décision. La société a rapporté plus tôt ce mois-ci que la pilule a réduit de moitié les hospitalisations et les décès chez les patients présentant des symptômes précoces de COVID-19. Les résultats étaient si solides que des experts médicaux indépendants surveillant l’essai ont recommandé de l’arrêter tôt.

Les effets secondaires étaient similaires entre les patients qui ont reçu le médicament et ceux d’un groupe de test qui ont reçu une pilule factice. Mais Merck n’a pas détaillé publiquement les types de problèmes signalés, ce qui sera un élément clé de l’examen de la FDA.

Prix flexible pour une accessibilité globale

Depuis le début de la pandémie, les experts de la santé ont souligné la nécessité d’une pilule pratique. L’objectif est quelque chose de similaire au Tamiflu, le médicament vieux de 20 ans agit contre la grippe en raccourcissant la maladie d’un jour ou deux et atténue la gravité des symptômes comme la fièvre, la toux et le nez bouché.

« De toute évidence, nous allons être responsables à ce sujet et rendre ce médicament aussi accessible au plus grand nombre de personnes possible dans le monde », a déclaré Kartsonis. Merck, basé à Kenilworth, dans le New Jersey, a déclaré qu’il était en pourparlers d’achat avec les gouvernements du monde entier et qu’il utiliserait une échelle de prix flexible basée sur les moyens économiques de chaque pays. En outre, la société a signé des accords de licence avec plusieurs fabricants indiens de médicaments génériques pour produire des versions à faible coût du médicament pour les pays à faible revenu.

A LIRE AUSSI  Covid-19 en Inde : Les cas de « champignon noir » en augmentation

Plusieurs autres sociétés, dont Pfizer et Roche, étudient des médicaments similaires et devraient présenter leurs résultats dans les semaines et les mois à venir. AstraZeneca demande également l’autorisation de la FDA pour un médicament anticorps à action prolongée destiné à fournir des mois de protection aux patients qui ont des troubles du système immunitaire et ne répondent pas de manière adéquate à la vaccination.


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *