Covid-19 : libérer la parole sur la question éducative

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Temps de lecture : 3 minutes

Education nationale : le gouvernement a failli à sa mission, estime Rezistans ek Alternativ

C’est ce dimanche 26 septembre[1] que Rezistans ek Alternativ (ReA) et ses mouvements affiliés réunissent les personnes intéressées par les enjeux du système éducatif pour débattre sur le thème « Nouvo Moris, konversasion pou enn ledikasion eco-solider ». Cette initiative de conversation qui se tient à l’espace de co-working de la rue Saint-Georges à Port-Louis, a pour but de « compenser l’isolement des confinements et la violence de la crise sociale et économique qui s’installe déjà », selon les organisateurs.

Comment transcender les répercussions sociales de la Covid-19 avec une transition dans le système éducatif ? ReA a ouvert cette conversation à l’ensemble des travailleurs sociaux du secteur public, les associations dans l’éducation et le soin estimant qu’ils pourraient participer à cette démarche pouvant susciter une « transition de l’éducation nationale ».

« Le gouvernement a failli à sa mission en ne permettant pas aux enfants d’aller 5 jours par semaine à l’école, et cela a augmenté la pression dans les familles, qui doivent se démener pour assurer la garde des enfants, ou laisser les enfants à eux-mêmes devant la télévision », avance ReA. « Oui, il fallait réduire le nombre d’élèves par classe pour des raisons sanitaires, mais cela ne veut pas forcément dire que l’autre moitié doive rester à domicile », ajoute le mouvement politique alternatif.

L’éducation doit se réinventer avec la Covid-19, et des activités périscolaires peuvent être organisées pour satisfaire les mesures sanitaires dans les classes. Au lieu de relancer les cours par classe complète, le ministère de l’éducation devrait organiser des activités périscolaires pour la moitié de chaque classe un jour sur deux. Et ReA donne des exemples très concrets :

A LIRE AUSSI  Ki sistem fasis ki nou sipozé pé konbat ?

• Activités sportives, dont initiations à la natation, aux sports en lien avec la nature

• Initiations à l’écologie par la visite de nos trésors vivants (wetlands, dunes de sables, forêt, cave, rivière, lac, herbier marin, récif, îles et îlots)

• Initiations aux activités artistiques (théâtre, musique, bricolage, danse)

• Initiations à l’agro-écologie et à l’alimentation saine

• Visites de nos musées et sites historiques

Dans leur note explicative, Dany Marie et David Sauvage font ressortir qu’avec la COVID19, « la répercussion de la pandémie au niveau social est catastrophique. Les familles subissent des pressions à tous les niveaux : l’isolement social, la peur de perdre son emploi, la diminution du salaire, l’augmentation du coût de la vie ».

Pour Rezistans ek Alternativ, à ce jour la seule formation politique à s’évertuer à adopter une analyse systémique des problématiques sociétales, « la Covid-19 est aussi la maladie de la biodiversité ». Ils considèrent, dans une perspective macro, que la déforestation et l’élevage intensif provoque des zoonoses. D’autre part, ils soulignent que l’appauvrissement de notre microbiome est un facteur de fragilisation face à la Covid-19, les maladies chroniques contribuant notamment à la comorbidité rendant les personnes contaminées plus vulnérables.

Ils pointent ainsi en direction de « l’industrie de la malbouffe, qui ne favorise pas l’apport d’aliments sains et variés, et d’autre part aux pesticides et insecticides de l’agrobusiness et de la monoculture ». « C’est pourquoi fournir des repas bio et variés gratuits aux écoliers protégera nos jeunes de la pandémie et sera solidaire avec les classes sociales qui portent le fardeau de la pandémie », font-ils remarquer.

A LIRE AUSSI  La « Conurbation », le couloir de la mort ?

[1] De 10h à 14h. Les participants sont préalablement enregistrés à la date butoir du 23 septembre, en raison des places limitées. Les personnes désirant néanmoins participer à cette conversation pourraient éventuellement téléphoner au 5795 1214 au cas où il resterait encore quelques places disponibles.


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *