Trump, le blogo-flop !

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Temps de lecture : 3 minutes

Quand Donald Trump se retire de lui-même.

Donald – Flop – Trump

Banni de Facebook et Twitter, l’ancien président des Etats-Unis vient de fermer lui-même son blog intitulé «From the Desk of Donald J. Trump», un mois à peine après l’avoir lancé. L’évangile selon Donald, qui aura coûté quelques milliers de dollars au milliardaire, permettait aux fans de l’ex-locataire de la Maison Blanche d’y lire sa bonne parole. Mais avec un bide avéré fait de quelques 4 000 interactions quotidiennes seulement, l’orgueil de Trump n’a pas résisté. Encore une marque Trump qui sombre en disgrace.

C’est la chaîne CNBC qui a remarqué la suppression du blog de l’ancien chef d’État hier, le 2 juin. Le lien qui permettait d’y accéder ( donaldjtrump.com/desk ) redirige désormais sur une page d’inscription pour recevoir des alertes sur Trump ( donaldjtrump.com/alerts ). Le site, lancé le 4 mai, aura donc duré moins d’un mois. Pour l’ancien président, la reconversion dans la carrière de blogueur aura été de courte durée.

Trump continue d’envoyer régulièrement à une liste d’abonnés ses communiqués, où il affirme, avec le langage et les majuscules qui le caractérisent, qu’il n’a pas perdu l’élection présidentielle de novembre. Mais leur écho est bien moindre que lorsqu’il s’exprimait sur les réseaux sociaux.

« Donald Trump n’est plus du tout sur Internet », estime The New York Times. Il comptait près de 89 millions d’abonnés sur Twitter, 35 millions sur Facebook et 24 millions sur Instagram avant d’être évincé des principaux réseaux sociaux. Soit un cumul de 148 millions d’abonnés. Depuis son éviction de Twitter, le nombre de mentions de Donald Trump a été divisé par 10 sur le réseau. Il en est de même pour les recherches Google. Avec 4 000 interactions quotidiennes (partages sur Facebook, Twitter, Reddit et Pinterest, notamment) selon BuzzSumo, les journaux américains révèlent que cela fait 100.000 fois moins que le nombre de retweets de son message annonçant qu’il était positif au Covid-19 en octobre dernier.

A LIRE AUSSI  Uttar Pradesh : le gouvernement prêt à indemniser les familles des victimes des violences meurtrières de dimanche

« C’était censé être un moyen temporaire de faire connaître mes pensées et mes idées au public », a expliqué Donald Trump qui aurait concédé que son blog n’attirait pratiquement aucun lecteur. Lancé en mai, le « blog » de l’ex-président républicain n’était en fait qu’un onglet sur son site où étaient rassemblés ses communiqués. Ses communiqués apparaissent désormais sous la rubrique « Actualités » de son site, tandis que l’onglet de l’ancien blog renvoie les internautes vers un formulaire en ligne pour « recevoir les alertes de Donald J. Trump ».

Sur Twitter, Jason Miller, un conseiller proche de l’ex-président, a confirmé la fermeture du site. Sollicité pour savoir si ce blog reviendra un jour, Miller a répondu par la négative. « Peut-être est-ce en prélude à ce qu’il rejoigne une autre plateforme de réseau sociaux ? », a tweeté une ex-responsable du parti républicain. « Oui, en fait c’est ça. A suivre ! », a répondu Jason Miller, sans donner plus d’informations. Ce dernier, comme nous l’avions annoncé, avait déclaré fin mars que Donald Trump reviendrait en ligne d’ici trois mois avec « sa propre plateforme ».

Le mois dernier, une vidéo présentant la plate-forme annonçait : « À une époque de silence et de mensonges, un phare de liberté surgit ». Selon ses conseillers, « From the Desk of Donald J. Trump » n’apportait pas « la grandeur » dévolue à un ex-président des Etats-Unis. Ce qui lui avait valu des moqueries de la part d’observateurs qui s’étaient attendus, derrière ce lancement annoncé, à une véritable nouvelle plateforme en ligne.

Pour rappel, alors qu’il était encore président, le milliardaire républicain a été banni de Twitter et Facebook pour avoir encouragé l’invasion du Capitole par une foule de ses partisans au cours du processus de certification de la victoire de son rival Joe Biden, le 6 janvier. L’interdiction avait été critiquée par les conservateurs qui jugent que les réseaux sociaux s’attaquent ainsi à la liberté d’expression.

A LIRE AUSSI  Madagascar : Andry Rajoelina nomme un nouveau gouvernement à mi-mandat

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *