Presse Française : OPA de Vivendi sur Lagardère

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Temps de lecture : 2 minutes
Vincent Bolloré, l’industriel français le plus présent en Afrique par le biais de l’investissement dans le secteur des infrastructures.

Le PDG du groupe Lagardère, fils de Jean-Luc Lagardère, s’est trompé sur Vincent Bolloré qui s’apprête à lancer une offre publique d’achat pour prendre le contrôle du plus grand conglomérat de la presse française.

Les heures d’Arnaud Lagardère à la tête du groupe éponyme sont comptées. Vivendi, le groupe de Vincent Bolloré, déjà actionnaire principal de Lagardère avec 29 % du capital, va racheter les 18 % de la société d’édition, son travel retail (commerce de passage) et les médias détenus par le fonds Amber Capital.

La cause est déjà entendue : Vivendi va lancer prochainement une offre publique d’achat sur Lagardère, pour acquérir le solde du groupe propriétaire d’Hachette et Europe 1. Il ne s’agit pas d’une grande surprise pour les observateurs de la presse française : le scénario avait été évoqué récemment par un grand financier dans une enquête du journal Le Point sur Vincent Bolloré.

Ainsi, selon cette source, « Ce dossier se réglera par une offre publique d’achat (OPA) de Vivendi ». A quoi Arnaud Lagardère avait rétorqué : « Vincent Bolloré m’a toujours soutenu. Il ne fera pas d’OPA sur Lagardère, n’en déplaise à certains journalistes biberonnés aux séries télévisées ».

Ainsi, Arnaud Lagardère n’aura pas vu venir la charge. Dans un communiqué émis aujourd’hui, Olivier Fortesa, associé gérant d’Amber Capital, a déclaré que « Cette cession marque l’aboutissement d’un long processus et d’une stratégie d’investissement dont les objectifs ont été atteints ».

Amber Capital est le fonds britannique qui avait lancé une fronde contre la gouvernance de Lagardère. Son fondateur, Joseph Oughourlian, a enfoncé le clou aujourd’hui en affirmant : « Nous avons toute confiance en la capacité de Vivendi, qui est l’un des plus grands acteurs industriels français, à poursuivre le développement du groupe dans tous ses métiers ».

De son côté, Vivendi informe dans son communiqué que « Conformément aux accords passés le 10 août 2020, Amber Capital a informé Vivendi qu’elle souhaitait céder la totalité de ses actions Lagardère et a invité Vivendi à lui faire une offre d’achat ».

Le journal Le Monde explique que fin avril, le groupe Lagardère avait annoncé la fin du statut de commandite de l’entreprise, qui avait donné à Arnaud Lagardère – le fils de Jean-Luc Lagardère – un pouvoir de direction exclusif. Il avait décidé de cette structure en 1992 pour justement empêcher toute OPA sur son groupe, mais il avait néanmoins accepté d’y renoncer en échange de 10 millions de titres de la société. Il allait ainsi occuper le poste de PDG de la nouvelle société anonyme. Arnaud Lagardère avait fait augmenter sa participation dans le groupe – de 7 % à 14 % – mais il ouvert le droit à des rachats massifs d’actions entre actionnaires. Comme celui projeté désormais par Vivendi !

A LIRE AUSSI  Accusée de sédition, Disha Ravi, la militante écologiste, risque la prison à vie

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *