Angola : le président parle de « faim relative » alors que la famine fait rage

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Temps de lecture : 2 minutes
João Lourenço, le président de l’Angola

Une déclaration ce week-end du président angolais João Lourenço, qui voulait minimiser le problème de la faim dans le pays, a suscité l’indignation générale et de nombreux commentaires de colère sur les réseaux sociaux.

M. Lourenço répondait aux critiques selon lesquelles son parti, malgré des décennies de gouvernement, n’aurait pas réussi à lutter contre la pauvreté et la faim.

Dans un court clip télévisé, M. Lourenço a été vu s’adresser aux partisans de son parti MPLA. « On parle de faim et nos opposants aujourd’hui se réveillent le matin et le soir en chantant une chanson : “La faim, la faim, la faim”. La faim est toujours relative. Le pays a déjà beaucoup de production alimentaire », a-t-il lancé à son auditoire.

En septembre de cette année, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a estimé que plus de 1,3 million de personnes dans le sud de l’Angola étaient confrontées à « une grave famine, la pire sécheresse depuis 40 ans laissant les champs vides, les pâturages asséchés et les réserves alimentaires épuisées ».

Même les données de la Direction nationale de la santé publique (DNSP), comme rapportées par Novo Jornal, ne laissent aucune ambiguïté sur la réalité : rien qu’au cours des six premiers mois de l’année dernière, environ 8 500 enfants sont morts de faim en Angola.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les déclarations de M. Lourenço ont suscité la controverse. Le prêtre Jacinto Pio Wacussanga, coordinateur de l’organisation non gouvernementale Plataforma Sul, a déclaré à la BBC qu’il était « choqué » par cette déclaration. « Il n’y a pas de faim relative, il y a une faim absolue en Angola », a déclaré le religieux.


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *