Covid-19 à bord du porte-avion USS Roosevelt : le capitaine Crozier relevé de ses fonctions

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Temps de lecture : 4 minutes
Le porte-avion USS Theodore Roosevelt a 4 000 hommes à bord

Le capitaine de vaisseau Brett Crozier, commandant de l’USS Theodore Roosevelt, a été relevé de ses fonctions jeudi, car selon Thomas Modly,le secrétaire d’État à la Marine par intérim, le commandant, en alertant ses supérieurs sur la situation de propagation du Covid-19 à bord du porte-avion et en exprimant ses préoccupations sur la réponse insuffisante du Pentagone, n’aurait pas agi « de manière professionnelle alors que c’était ce qu’il fallait faire à ce moment-là ». M. Crozier a débarqué du navire vendredi, ovationné par un grand nombre de marins sous son commandement. Le même jour, les démocrates du Sénat ont demandé une enquête officielle sur la réponse de la marine à l’épidémie de coronavirus ainsi que sur sa décision de limoger le capitaine Crozier.

Le commandant du bâtiment nucléaire USS Theodore Roosevelt, confronté à la contamination galopante de son équipage, avait demandé son évacuation dans une lettre de quatre pages. Interrogé par la chaîne CBS au sujet d’une possible évacuation du porte-avions, qui se trouve actuellement à quai à Guam, dans le Pacifique, Mark Esper, le secrétaire d’Etat américain à la Défense avait répondu : « Je ne pense pas que nous en soyons arrivés à ce stade ».

Dans sa lettre de quatre pages adressée au commandement de l’US Navy, le capitaine Crozier disait reconnaître que « retirer la majorité de l’équipage d’un porte-avions nucléaire américain en cours de déploiement et l’isoler pendant deux semaines peut paraître une mesure extraordinaire ». Mais « c’est un risque nécessaire », ajoutait-il. Le chef du Pentagone n’était pas de cet avis. « Nous envoyons beaucoup de matériel et d’assistance au porte-avions à Guam », a-t-il déclaré. « Nous envoyons des renforts en personnel médical et je suis heureux d’annoncer qu’aucun d’entre eux n’est gravement malade ».

Évacuation de 2 700 marins prévue

Toutefois, selon une dépêche de Reuters samedi qui cite la marine américaine, le nombre de personnes testées positives au COVID-19 à bord du porte-avions USS Theodore Roosevelt était passé à 155, soit une augmentation de 13 % par rapport à la veille. 44 % des quelque 5 000 membres d’équipage ont été testés et 1 548 militaires ont été transférés à Guam, où le navire est actuellement à l’amarrage, mais aucune des personnes infectées par le virus n’a été hospitalisée, selon la dépêche.

A LIRE AUSSI  Arrestation de Steve Bannon, l’ancien directeur de campagne de Trump, pour détournement de fonds

La marine a prévu d’évacuer 2 700 marins en raison de l’épidémie, une décision au sujet de laquelle le capitaine Brett Crozier a communiqué en début de semaine avec des responsables de haut rang de la chaîne de commandement, leur demandant de l’aide pour contenir la propagation du virus.

Le Capitaine Crozier s’adressant à son équipage

« Nous ne sommes pas en guerre. Il n’y a aucune raison que des marins meurent », avait argué le commandant du Theodore Roosevelt dans sa lettre où il demandait l’évacuation immédiate de son navire. Après la découverte de trois premiers cas de Covid-19 à bord la semaine dernière et la mise à quai du porte-avions à Guam, le virus a continué de se propager et une centaine de marins sont désormais positifs. Citant «l’espace limité inhérent» à un navire de guerre transportant plus de 4.000 membres d’équipage, le commandant soulignait que «la propagation de la maladie se poursuit et s’accélère».

« Nous ne sommes peut-être pas en guerre dans le sens traditionnel du mot, mais nous ne sommes pas non plus complètement en paix », a noté jeudi Thomas Modly en annonçant le limogeage du commandant au cours d’une conférence de presse. Et, comme pour en faire un cas d’école, il ajoutait : « Nous demandons à nos commandants de faire preuve de jugement, de maturité, de leadership et de calme sous la pression. Or le commandant Crozier a fait preuve d’un très mauvais jugement en période de crise ».

Sanction pour embarras causé au Pentagone

Pour le Pentagone, qui encourage, en principe, les militaires à exprimer leurs critiques à leur hiérarchie, le commandant Crozier aurait dépassé les bornes. L’armée américaine reproche, en effet, au commandant déchu d’avoir permis, en mettant une trentaine de personnes en copie de son courriel, que sa lettre fuite à la presse. La lettre du capitaine Crozier est parvenue au journal San Francisco Chronicle, qui l’a bien entendu publié. Et l’administration américaine peut avoir la main lourde quand il s’agit de contenir certains embarras. Ainsi, indique-t-on au Pentagone, le commandant a pris la décision de donner cinq jours de quartier libre à ses hommes lors de la dernière escale du Theodore Roosevelt, début mars à Danang, au Vietnam. Une décision que l’administration invite à considérer par rapport au contexte où le coronavirus faisait alors rage en Asie.

A LIRE AUSSI  Administration Trump : Des ordres de la cour requis secrètement pour obtenir des enregistrements téléphoniques de représentants démocrates et de journalistes

Mais là encore, il convient de se méfier de la propagande : le porte-avions avait effectivement effectué une visite hautement symbolique dans le port de Danang, au Vietnam le 4 mars. L’épidémie de Covid-19 s’était déjà largement propagée en Asie. Mais, c’est bien le Pentagone qui, affirmant qu’il n’y avait encore que très peu de cas dans le pays, avait alors défendu cette visite destinée à contrer l’influence géostratégique de la Chine dans la région.

M. Esper est resté ferme sur la nécessité de rester préparé à toute conflit possible, même en période de pandémie. « Je vais m’appuyer sur le commandement de la Navy qui va (…) s’assurer qu’il fournit au commandant et à l’équipage tout le soutien dont ils ont besoin pour assurer le rétablissement des marins et faire repartir le navire », a-t-il dit.

Questionné mardi sur CNN, le secrétaire à la Navy, Thomas Modly, a admis que la base américaine sur l’île de Guam ne disposait «pas de suffisamment de lits à l’heure actuelle» pour héberger tous les marins du porte-avions. « Nous discutons avec les autorités locales pour voir s’il y a des chambres d’hôtel disponibles », a-t-il ajouté, soulignant la nécessité de continuer à assurer la sécurité du bâtiment lui-même et des avions qu’il transporte.

Sources : Reuter/AFP/Xinhua News


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *