Gérard Chasteau fustige le personnel politique pour sa gestion du dossier cannier

Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Temps de lecture : 6 minutes

Le président du Sugar Industry Advisory Board souhaite un rapport pour déterminer « la vie après la mort » de l’industrie sucrière

De nombreux points de convergence entre la position de GCDB et les petits planteurs

Dans une longue intervention en réaction à l’article d’INDOCILE sur la PNQ du Leader de l’Opposition concernant la fraude alléguée au SIFB, Gérard Chasteau de Balyon, président de la Sugar Industry Advisory Board (SIAB), invite le gouvernement à commanditer un rapport pour déterminer cinq éléments essentiels pour une « vie après la mort » de l’industrie sucrière. Le fait à relever dans cette intervention c’est qu’on retrouve dans le point-de-vue de Gérard Chasteau, qui est aussi responsable des affaires stratégiques d’Omnicane, des éléments convergents avec les résolutions adoptées par les petits planteurs réunis à l’auditorium Octave Wiéhé le 4 novembre dernier. Il affirme, par ailleurs, trouver « pathétique de faire de la politique sur le dos de cette industrie en y associant ceux des petits planteurs. Tout cela dans le seul but d’en retirer un capital politique ». 

Gérard Chasteau de Balyon, président de la Sugar Industry Advisory Board

D’emblée, on note la recommandation de Gérard Chasteau pour la définition des terres qui devraient être exclusivement réservées à la production cannière. Cette recommandation est identique à une des douze résolutions adoptées par les petits planteurs à leur rassemblement du 4 novembre dernier.
« Définissons d’abord un bassin cannier précis incluant les meilleures terres agricoles adaptées à la culture efficiente de la canne, et favorisant une production cannière de 2,500,000 tonnes, équivalente à une production sucre d’environ 250,000 tonnes. Pour ceux qui ne savent pas, nous n’en sommes pas loin… Ces terres seraient « land locked » et ne pourraient pas être vendues ou transformées », propose le président du SIAB.
La septième résolution des petits planteurs se lit ainsi : « Adoption d’un cadre juridique prévoyant la constitution d’une réserve minimale de terres de la canne (Minimum Land Area Reservation) par les barons sucriers afin de veiller à la réalisation des objectifs en matière de la production cannière ». 
Relativisant le caractère péjoratif et les préjugés associés au terme « Barons Sucriers », Gérard Chasteau suggère aux autorités gouvernementales de commanditer un rapport dans le but de:
1.Mesurer l’impact socio-économique de voir disparaître l’industrie sucrière. Comme ça chacun aura les yeux en face des trous!
2.Définir l’espace requis pour la production de ces 250,000 tonnes de sucre. 
3.De décider « qui serait mangé » car 4 usines pour 250,000 tonnes de sucre, c’est beaucoup trop. 2 à la limite! Pourquoi pas une?
4.De revoir le système de paiement des cannes. Aujourd’hui, ce système est tout simplement dépassé, vétuste et contre productif. 
5.Définir ce que j’appellerai « La vie après la mort » de cette industrie avant qu’il ne soit trop tard.
La proposition de Gérard Chasteau de revoir le système de paiement « dépassé, vétuste et contre-productif » fait aussi écho à la résolution des petits planteurs qui réclament : « l’instauration par l’Etat d’un prix statutaire juste et rémunérateur (Statutory Fair and Remunerative Price (FRP) de la tonne de cannes livrée aux moulins à partir de Rs. 2 500 la tonne et indexé annuellement ». Ils avaient aussi proposé la « suppression immédiate de la disposition statutaire existante relative à la fixation des prix de la bagasse et de la mélasse payables aux planteurs ».
Gérard Chasteau partage aussi le pessimisme des petits planteurs qui n’ont eu de cesse d’informer de la réduction de leurs membres en activité. « Ce qui est sûr c’est que, n’en déplaise à M. Duval ou tout autre démagogue, ladite communauté des petits planteurs est en voie de disparition. Elle disparaîtra avant l’extinction de l’industrie ; elle-même embarquée sur un terrain glissant au possible et au bord du gouffre », écrit-il.
Cette longue intervention (que nous reproduisons plus bas), alors qu’il se trouve actuellement au Kenya, indique à quel point les faits qui se produisent actuellement dans le secteur cannier interpellent et perturbent le président du SIAB. Fortement agacé par le recours aux amalgames sociologiques aux fins de récupération politique, il estime que c’est ce qui maintient un « combat d’un autre siècle hélas, mais toujours porteur de préjugés néfastes, car ne permettant pas des échanges civilisés et productifs ».
Gérard Chasteau s’en prend au personnel politique, évoquant ainsi les « malheureux petits planteurs, dépôt fixe électoral de certains, et convoités par d’autres opportunistes du jour ». Un personnel politique qu’il rudoie d’une phrase assassine : « Mais nous sommes à l’Ile Maurice n’est-ce pas ! Et certains ont une très grande difficulté à singer leurs géniteurs! ». Tout est dit.

La Vie après la Mort

Je suis malheureusement ( ou heureusement …) au Kenya et ne suis pas en contact avec ceux qui pourraient me dire ce qui se passe vraiment au SIFB. 
Souvenez-vous que les fonds du SIFB ont été siphonnés tout à fait légalement depuis trois ou quatre ans pour venir en aide aux planteurs, suite au prix du sucre qui n’a fait que chuter. 
Cette douce potion, même si elle n’avait rien de magique, a quand même permis au malade de rester en vie. 
À mon avis superficiellement. 
Le problème est que le malade est encore plus a l’agonie, alors que la potion tire à sa fin. 
L’objectif du SIFB est de compenser les planteurs quand il y a “un event year”
Ceci est déterminé avec précision d’après une méthode bien rodée qui date de longtemps et qui n’a jamais été mise en doute, encore moins contestée à ma connaissance. 
Si je comprends bien, XLD trouve que le processus permettant de définir si oui ou non il y a « event year » aurait été faussé volontairement pour ne pas avoir à compenser les planteurs?
Merci de me confirmer cela.
Ceci étant, enfumage ou pas, je crains que la grande majorité des mauriciens s’en fout de l’industrie sucrière. 
Un mini sondage que j’ai effectué auprès d’étudiants de Form VI laisse entrevoir, à une grande majorité, soit une presque totale méconnaissance de la situation de l’industrie, alors que ceux qui en parlent sont persuadés que c’est une industrie super prospère qui gagne des millions, tous destinés à enrichir davantage les barons sucriers, suceurs du sang des petits planteurs. 
Combat d’un autre siècle hélas, mais toujours porteur de préjugés néfastes, car ne permettant pas des échanges civilisés et productifs. 
Vous connaissez ces malheureux petits planteur, dépôt fixe électoral de certains, et convoités par d’autres opportunistes du jour. 
Ce qui est sur c’est que, n’en déplaise à M. Duval ou tout autre démagogue, la dite communauté des petits planteurs est en voie de disparition. 
Elle disparaîtra avant l’extinction de l’industrie. Elle même embarquée sur un terrain glissant au possible et au bord du gouffre.
L’industrie a commencé à mourir dès la mise en place de la réforme sucrière appelée MAAS. Dans les années 2006. 
Recevant des prix de sucre avoisinant les €800 la tonne alors, tout le monde a cru que nous étions sortis d’affaire et que les sept années de vaches grasses à venir allaient projeter l’industrie vers des sommets de profitabilité jamais égalés. 
A bien y voir, le déclin a commencé dès lors. Car personne n’a pensé que tout cela serait de courte durée. Que la réforme sucrière était d’abord une histoire pour l’Europe. Et que celle là moderniserait considérablement son industrie betteravière jusqu’à baisser énormément ses coûts de production, tout en ayant la possibilité de produire davantage. 
J’ajouterais, au risque de froisser certains, que l’industrie sucrière a elle même abandonné l’industrie sucrière depuis longtemps. 
Chez nous, les syndicats, avec Ashok Subron le politicien en tête, ont vite faits de s’engouffrer dans la brèche et forcer ( il n’y a pas d’autre terme) les usiniers et autres Corporate Planters à mettre la main à la poche pour mieux rémunérer les travailleurs. 
Pas la poche des usiniers, mais plutôt celle des banques. Car cela fait longtemps que les poches des barons sucriers tant décriés sont vides. 
J’entends bien faire référence aux résultats du sucre à Maurice. N’allons pas faire d’amalgames et mélanger les genres! Restons dans le cadre!
Ceci a eu pour résultat de faire augmenter les coûts de production alors même que la réforme avait pour seul objectif de produire à des coûts moindres. 
Il y a presque un an, j’ai écris dans la presse que l’industrie sucrière était dans une impasse très grave. Et que faute de décisions très courageuses immédiates, elle courrait le risque de périr. 
Un an après, à défaut d’une transfusion de sang à un malade à l’article de la mort, on a eu droit à un rapport de 70 pages d’un « comité technique » à mon avis tout à fait en deçà des nécessités du moment. 
La réaction du gouvernement a aussi à mon avis était à la hauteur du rapport! 
Je trouve en plus, pathétique de faire de la politique sur le dos de cette industrie en y associant ceux des petits planteurs. Tout cela dans le seul but d’en retirer un capital politique. 
Va pour Monsieur Duval!
Mais nous sommes à l’Ile Maurice n’est-ce pas! Et certains ont une très grande difficulté à singer leur géniteurs! 
Relisez ce que j’avais écrit au début de l’année. 
J’avais prévu la mort de l’industrie si ….
Aujourd’hui, je pense qu’il est encore temps de sauver quelques meubles.
Ceci dit, seulement si il y a volonté de sauver ce qu’on peut. 
Ce qui n’est pas sûr. 
Définissons d’abord un bassin cannier précis incluant les meilleures terres agricoles adaptées à la culture efficiente de la canne, et favorisant une production cannière de 2,500,000 tonnes, équivalente à une production sucre d’environ 250,000 tonnes. 
Pour ceux qui ne savent pas, nous n’en sommes pas loin…
Ces terres seraient « land locked » et ne pourraient pas être vendues ou transformées. 
J’aurais aussi fortement suggéré aux autorités gouvernementales, de commanditer un rapport dans le but de:
1. Mesurer l’impact socio-économique de voir disparaître l’industrie sucrière. 
Comme ça chacun aura les yeux en face des trous!
2. Définir l’espace requis pour la production de ces 250,000 tonnes de sucre. 
3. De décider « qui serait mangé » car 4 usines pour 250,000 tonnes de sucre, c’est beaucoup trop. 2 à la limite! Pourquoi pas une?
4. De revoir le système de paiement des cannes. Aujourd’hui, ce système est tout simplement dépassé, vétuste et contre productif. 
5. Définir ce que j’appellerai « La vie après la mort » de cette industrie avant qu’il ne soit trop tard.
Quelqu’un du sérail me disait il n’y pas longtemps,
« Tout cela risque de mal finir »
Il y va à mon humble avis, d’une situation beaucoup plus dramatique que la seule disparition de la communauté des petits planteurs. Même si je ne sous estime pas du tout cet aspect tout autant dramatique des choses. 
Ça serait la disparition de toute l’industrie nourricière qui a été à la base du development du pays depuis des lustres. 
C’est comme si la France ne produisait plus de Vin!
Voilà ce que je voulais dire à ceux que la chose intéresse. 
Gérard Chasteau de Balyon


Vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager. Merci d'en faire profiter à d'autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *